Marion Verboom : "Lectio difficilior potior"


VerboomLes sculptures de Marion Verboom dialoguent avec l'architecture. Les premiers volumes qu'elle réalise sont ainsi tirés de somptueux dessins de villes imaginaires, comme autant de fragments architectoniques qui viennent façonner et ordonner l'espace. La modularité serait l'un des fils conducteurs de son œuvre parfois hiératique mais jamais hermétiquement close sur elle-même. Ses pièces ainsi souvent se composent de plusieurs éléments dont l'agencement varie, qui s'étendent ou se contractent, en fonction du lieu. Ce sont bien les possibilités d'expansion ou de compression d'un volume, apparemment calme et posé, sa manière de se comporter et d'habiter un espace, qui retiennent tout d'abord son attention ; mais aussi les jeux de matières et les modulations de couleur qui en animent la surface. Marion Verboom fait son miel de l'histoire des formes, distillant les références modernes (la sculpture minimaliste est assurément un point d'entrée dans son œuvre), historiques ou même naturelles dans ses œuvres qui jouent de l'hybridité et affectionnent les passages.

 

Au sein de la croisée du musée de l'Abbaye Sainte-Croix, l'artiste présentera un ensemble de pièces en cours de réalisation qui s'apparente à des élévations totémiques. Icônes, formes stylistiques et représentations humaines issues de diverses civilisations - Mésopotamie, Mexique, Chine, Europe romane - sont empruntées et modulées en fragments de diamètres égaux pour parvenir à la construction de colonnes composites par leurs matériaux - bronze, plâtre résine, sable - et par leurs références. Ces cariatides hétérogènes seront agencées dans l'espace à la façon d'un jeu de construction et unifiées par la matière.

Marion Verboom est e en 1983 à Nantes. Elle vit et travaille à Paris.

 

 

Damien Deroubaix : "L'esprit de notre temps"

 

Du 07 juin au 27 septembre 2015


DeroubaixDamien Deroubaix est un expressionniste, comme l'étaient les peintres allemands de l'entre-deux guerres mondiales. Il représente la mort, la vie, le temps qui passe et les horreurs de la déchéance corporelle. Si ces sujets ont été présents tout au long de l'histoire de l'art (et il suffit de regarder le succès des vanités chez les jeunes artistes pour se confirmer de leur universalité), Deroubaix attache un lien particulier à la froideur, la dureté et la violence des toiles de Grosz, Dix ou Beckmann. Mais il n'est pas uniquement obsédé par le début du XXème siècle. En effet, les figures de la mythologie (chimères, divinités mésopotamiennes, déesses antiques) sont présentes dans son art. Il y a plusieurs raisons à cela : 1. ce sont des créatures associant l'homme et l'animal pour une symbolique porteuse de sens contradictoires, 2. on les retrouve dans toute l'histoire de l'art (la méduse est présente dans la mythologie, chez Le Caravage comme dans les écrits d'Aby Warburg), 3. la culture populaire en fait, parfois, d'improbables héros (Pazuzu est présent dans toute la première scène du film L'Exorciste, 1973).
 

Pour L'esprit de notre temps, Damien Deroubaix propose d'agencer son univers autour d'un arbre monumental qui fonctionne comme une généalogie de ses sources et références artistiques mais aussi comme une machine à associer les symboles. Au sein d'une installation qui occupera la grande salle d'exposition et les combles du XVIIème siècle du musée de l'abbaye Sainte-Croix, peintures, sculptures et bois gravés viendront servir une vaste allégorie du Temps réinterprétant magistralement quelques fragments de l'histoire de l'art qui ont en commun d'être de violents symboles des catastrophes de l'humanité (les figures du Guernica, le Corps du Christ mort d'Hans Holbein, un fétiche Nkisi ou l'Esprit de notre temps de Raoul Hausmann entre autres œuvres emblématiques). Associant culture(s) populaire(s), ethnologie et histoire de l'art, l'art de Damien Deroubaix est un reflet déformé et amplifié de nos terreurs et de la violence du monde qui nous entoure.

Damien Deroubaix est né en 1972 à Lille. Il vit et travaille à Meisenthal, France. Depuis 2003, son travail a été exposé dans de nombreuses institutions en France ((exposition personnelle à la Fondation Maeght, à Vence, en 2014) et à l'étranger, principalement en Suisse et en Allemagne.

 

Parution du cahier de l'Abbaye Sainte-Croix n°128 à l'occasion de l'exposition

De Kandinsky à Kapoor

Les chemins de l'abstraction. Collections du musée des beaux-arts de Nantes

Sous-catégories